Nos interventions à la « Bulle » de La Chapelle

Nous avons joué plusieurs fois auprès de réfugiés qui étaient hébergés Porte de la Chapelle, à Paris, dans l’attente d’un placement dans un autre centre.

Nous jouions dans une petite salle aménagée avec des chaises. Chaque personne pouvait aller venir à son bon vouloir. Nous étions au milieu d’un ancien hangar de la SNCF réaménagé en de nombreux dortoirs. Beaucoup de jeunes de notre âge, que des hommes.

Nous y sommes allées plusieurs fois, pour jouer Haydn, Beethoven, Janacek, Dvorak, … les réactions étaient différentes en fonction des fois, nous ne re-croisions jamais deux fois la même personne.

Souvent quand nous jouions, beaucoup d’entre eux filmaient avec leur smartphone. Quelques uns nous ont dit ensuite qu’ils filmaient en direct pour leur famille, pour partager quelque chose avec eux. C’était très important pour eux et certains étaient très émus. Pour la plupart ils ne connaissaient pas la musique classique, l’un d’entre eux est tombé amoureux de l’alto et nous a dit rêver pouvoir en faire. Quelques uns étaient musiciens ils jouaient des instruments traditionnels de leur pays.

Un court moment de partage et de chaleur et puis nous repartions et les laissions dans le froid, livrés à une vie dure et difficile. Beaucoup de tentes et de personnes attendaient devant la grille pour avoir une place pour dormir ; certains attendaient depuis longtemps. Les personnes qui organisaient nous ont dit qu’au bout d’un moment ils n’avaient plus la notion de l’heure, du temps qui passait. L’attente est tellement longue … puis d’un coup, on les appelle pour qu’ils soient replacés ailleurs…

 

Aucun commentaire

Poster un commentaire

trois + un =